Sign in / Join

Salariés : comment financer votre permis de conduire ?

L’obtention d’un permis de conduire constitue une nécessité notamment pour tous les jeunes travailleurs. Toutefois, en raison du coût élevé de cette formation, plusieurs personnes y sont réticentes. Cependant, il existe plusieurs moyens qui permettent aux salariés d’obtenir facilement un financement pour passer le permis. Découvrez comment le salarié peut financer son permis de conduire, même avec un revenu modeste.

La prise en charge du permis de conduire par l’employeur

Le permis de conduire prix en France tourne autour de 1 500 euros, il faut dire que de nombreux salariés hésitent à entamer le processus de formation pour des raisons de budget. Toutefois, pour le salarié qui souhaite passer le permis, une solution de financement existe. Il peut faire usage de son compte personnel tout en respectant certaines règles. De même, l’entreprise peut prévoir les cas dans lesquels elle sera contrainte de prendre en charge le permis du salarié.

A voir aussi : Quelle marque de voiture moins cher en assurance ?

Le financement du permis via le compte de formation personnel

La nouvelle disposition permet à tout travailleur d’user des heures de formation enregistrées sur son compte personnel de formation pour assurer le financement du permis. Il s’agit, en effet, de la loi Égalité et citoyenneté du 15 mars 2017. Toutefois, ce texte législatif prévoit des conditions précises à suivre.

L’obtention du permis doit nécessairement participer à la réalisation d’un projet professionnel ou contribuer à la sécurisation du parcours professionnel du travailleur. De plus, la formation doit obligatoirement être dispensée par un centre de conduite agréé qui a acquis au préalable la qualité d’organisme de formation. Le salarié quant à lui, ne doit pas faire l'objet d’un retrait ou d’une suspension du permis de catégorie B.

A voir aussi : Quelle voiture à 1000 euros ?

Précisons aussi que le travailleur doit être actif pour bénéficier d’un financement du permis de conduire via le compte personnel de formation. Cela signifie qu’il doit être en poste au moment de la demande. Pour aller plus loin, l’employé devra disposer d’assez de droits de formation sur son compte personnel de formation. Il doit de même, procéder en premier lieu, à l’activation de son compte personnel d’activité pour consulter ses droits. Ensuite, il peut réaliser sur le site du gouvernement, les démarches indispensables avant d’envoyer son dossier à son OPCA.

Il s’agit de l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé, chargé de faire la collecte de la contribution à la formation payée par la société. Ainsi, lorsqu’un salarié respecte toutes ces conditions, il peut facilement accéder au financement de son permis de conduire. En outre, la formation peut se dérouler pendant le temps de travail lorsque l’employeur est d’accord.

Les situations qui obligent l’entreprise à financer le permis d’un salarié

Il existe d’autres dispositions déjà mises en place qui permettent à l’entreprise de financer le permis sans recourir au compte personnel de formation. Il s’agit principalement du cas où l’obtention du permis est indispensable pour l’adaptation du travailleur à son poste de travail.

Il est possible que l’employeur possède toutes les compétences professionnelles et techniques que requiert son poste, mais ne sait pas tenir un volant. Ainsi, pour le maintenir dans l’entreprise, l’employeur peut décider de prendre en charge le financement de son permis.

Il faut noter que le financement se fait donc dans le cadre du plan de formation. Elle se déroule sur le temps de travail de l’employé. De surcroît, l’entreprise ne pourra pas mobiliser les heures enregistrées dans le compte personnel d’activité du salarié.

Le financement du permis par un crédit bancaire

Le crédit bancaire constitue une offre ouverte principalement aux jeunes conducteurs et à ceux qui ont un revenu financier modeste. Il a en effet pour but d’aider ces derniers à financer plus facilement leur permis de conduire. L’avantage de ce crédit réside dans le fait que les intérêts relatifs au prêt de l’apprenti conducteur seront pris en charge par l’État.

Il est donc important de rappeler que ce crédit a été mis en place par le gouvernement pour permettre à ces jeunes salariés de savoir conduire une automobile. On peut dire qu’avec ce système, ils peuvent facilement s’orienter vers une structure bancaire afin de bénéficier d’un prêt à moindre coût.

Le salarié pourra obtenir le crédit dans un délai relativement court après le dépôt de ses dossiers. Cependant, avant d’octroyer le prêt, la banque doit s’assurer que le taux d’endettement de ce dernier ne dépasse pas 33 %.